Le métier d'assistant maternel

Le thème du trimestre

Les croyances du Jeune Enfant

 

Les croyances évoluent en fonction du développement de l'enfant. Grâce à son développement et à sa maturation, il va peu à peu se demander si ses croyances sont réelles.

 

A partir de 4 ans, l'enfant comprend que les choses peuvent être différentes de sa réalité.

Vers 5 ans, il commence à se poser des questions, mais inventera des réponses et raisons d'y croire.

Vers 6-7 ans, l'enfant quitte "l'innocence absolue", il commence à se poser des questions sur ce qui est possible ou pas : pourquoi ne voit-on pas le Père Noël déposer les cadeaux ? Comment fait-il pour les déposer à tous les enfants ? ...

 

Que faire ?

 

Dès lors qu'il commence à poser des questions, il est important de l'accompagner dans son raisonnement. Il ne s'agit pas de répondre "ça existe" ou "ça n’existe pas", mais plutôt de prolonger son questionnement. Un enfant qui pose des questions a des doutes sur sa réalité.

Il est alors conseillé de mettre en avant les limites qu'il trouve à ses croyances : "qu'est-ce qui te fait penses ça ?". Il comprendra de lui-même ce qui est vraisemblable ou non.

Cependant, en tant que parent ou accompagnant, il faut être prudent dans ses réponses. Il arrive qu'un enfant qui apprend la vérité soit blessé et pense que les adultes sont des menteurs. C'est pourquoi il faut éviter de lui répondre de manière radicale par "oui" ou "non".

En le laissant répondre à ses interrogations, l'enfant ne sera pas déçu. Il lui sera permis d'avoir une pensée critique.

Et lorsqu'il découvre par lui-même que ses croyances ne sont pas vraies, l'adulte peut lui expliquer que ces belles histoires sont pour les petits et qu'il est très heureux que l'enfant soit devenu plus grand.

 

Il ne faut pas oublier que même un adulte aime laisser son imaginaire à rêver. Il sait que ce monde imaginaire n'existe pas, mais c'est agréable d'y croire. Il en est de même pour l'enfant.

 

Il convient néanmoins en tant qu'adulte de mettre des limites aux croyances et de ne pas les impliquer dans la réalité avec des remarques du type "si tu n'es pas sage le Père Noël ne passera pas". L'adulte doit veiller à ne pas transposer son autorité sur autrui, surtout si c'est une personne qui n'existe pas.

Il ne faut pas non plus forcer l'imagination de l'enfant en l'obligeant à croire en quelque chose. Certains enfants peuvent difficilement accéder à des concepts trop abstraits.